Dans la production végétale et animale, force est de constater que de nombreuses variables échappent à notre contrôle : conditions météorologiques, variations des cours mondiaux et plus encore. Dès lors, nous étudions et évaluons tout ce qui est sous notre contrôle. Comment faire pour augmenter les rendements, réduire les coûts ou améliorer l'efficacité ? Faut-il investir dans de nouvelles technologies qui augmentent la productivité et réduisent au maximum les intrants ? Faut-il conclure des contrats d'approvisionnement pour assurer la stabilité des prix ? Ou vaut-il mieux rejoindre des groupements d'achat et bénéficier ainsi d'économies d'échelle ? Partout dans le monde, les agriculteurs innovent dans leurs activités pour accroître la viabilité de leurs opérations.

Découvrez comment les Flagship Farmers investissent pour assurer la durabilité à long terme de leur entreprise

Madis Ajaots

Madis Ajaots

Producteur de blé, Estonie

  • Ces pratiques ont permis d'obtenir des rendements supérieurs de 50 % à la moyenne nationale
Lire toute l'histoire de Madis Ajaots
Ferme Fatima

Ferme Fatima

Producteur de laitues, Espagne

  • La mécanisation de la mise en culture, du désherbage et de la récolte a réduit les besoins en main-d'œuvre de 32 %
Lire toute l'histoire de Fatima Farm
Maximillian Hardegg

Maximillian Hardegg

Producteur de pommes de terre, Autriche

  • Des contrats d'approvisionnement sont établis entre l'exploitation et le transformateur qui définissent les volumes et les prix. L'agriculteur bénéficie par conséquent d'un prix et d'un marché garantis pour sa récolte
  • L'exploitation atteint un rendement moyen de 50 tonnes par hectare, soit près de 50 % de plus que le rendement national moyen (33 tonnes par hectare)
Lire toute l'histoire de Maximillian Hardegg
Jacob Van den Borne

Jacob Van den Borne

Producteur de pommes de terre, Pays-Bas

  • L'installation de capteurs de biomasse végétale sur l'équipement d'application a réduit l'utilisation d'engrais de 20 %, tout en permettant une augmentation de 1 % du rendement et une baisse de 60 % des produits chimiques pour dessécher les cultures avant la récolte
  • Les niveaux de nématodes de la pomme de terre (Meloïdogyne chitwoodi) ont été réduits de 80 % en introduisant une rotation quinquennale et en cultivant la betterave sucrière avant la pomme de terre
Lire toute l'histoire de Jacob Van den Borne